Les activités principales de ce CR2 - EPIBIOSTAT sont focalisées sur l’utilisation et l’application des méthodes quantitatives en Santé publique.

Plusieurs membres se sont spécialisés dans la recherche des méthodes d’analyse les plus adéquates et dans l’utilisation de modélisations statistiques.

Le centre de recherche travaille à l’élaboration de protocoles d’études épidémiologiques d’observation ou d’intervention. L’adaptation des protocoles théoriques aux contraintes du terrain, tant dans les pays en développement que dans les pays du Nord et la prise en compte des éventuelles conséquences de ces adaptations sur les résultats font partie des travaux du centre.

Les maladies chroniques et spécifiquement les maladies cardiovasculaires ainsi que les facteurs de risque associés sont au cœur de projets auxquels sont attachés plusieurs membres du CR2.
 

Deux projets du CR2

Appui à l’opérationnalisation du Plan prévention et promotion de la santé en Wallonie

Équipe de recherche :

  • Yves Coppieters, Promoteur du projet
  • Bénédicte Scheen, chercheuse
  • Luc Berghmans, professeur d’université
  • Alain Levêque, professeur

Une proposition de programmation opérationnelle pour le Plan prévention et promotion santé en Wallonie (PPPSW) a été remise en janvier 2018 au Cabinet de la Ministre wallonne de la santé. La finalité de ce Plan, qui a pour ambition d’étendre son dispositif jusqu’à l’horizon 2030, est d’améliorer l’état de santé, le bien-être et la qualité de vie de la population wallonne. Les professionnels de la première ligne constituent une ressource fondamentale pour atteindre ce but.

En février 2017, le Ministre wallon en charge de la santé a présenté au Gouvernement la première partie du Plan Prévention et Promotion de la Santé, à savoir la définition des priorités de santé pour la Wallonie. La déclinaison des axes prioritaires en mesures concrètes doit faire l’objet d’une deuxième partie du Plan. Afin de constituer celle-ci, l’ESP a reçu pour mission en juin 2017 d’appuyer méthodologiquement un processus de concertation d’acteurs et d’élaborer une proposition  de Plan opérationnel. À partir des priorités de santé, 11 groupes de travail thématiques (GT) ont été définis et se sont rencontrés à plusieurs reprises dans le courant de l’année 2017. Ils ont rassemblé dans leur composition plus de 150 partenaires et ont produits des objectifs de santé, des objectifs spécifiques ainsi que des actions à mettre en place pour améliorer l’état de santé et le bien-être de la population wallonne dans les 12 prochaines années. La proposition de Plan opérationnel remise à la Ministre en décembre 2017 est le fruit  des productions des GT et intègre les différentes dimensions de la promotion de la santé et de la prévention en se basant sur les concepts de bien-être, de qualité de vie et de santé «positive». Elle est structurée en 6 axes ayant trait aux priorités identifiées dans la première partie du Plan et comprend une centaine d’objectifs ainsi que plus de 350 actions.

Bien que les propositions soient en majorité issues d’actions existantes, il faut souligner que les participants aux concertations ont vu dans le Plan l’opportunité d’innover, de renforcer et de pallier certains manques ressentis actuellement en Wallonie en termes de prévention et de promotion de la santé. Nous pouvons citer en exemple l’indispensable mise en réseau des acteurs, le renforcement des compétences des professionnels et l’implication des bénéficiaires et de leurs aidants proches dans les actions. Soulignons aussi que les actions reprises se veulent non-exhaustives et seront amenées à évoluer en suivant le caractère dynamique du Plan.

CARDIO-PREV : Développer la recherche multidisciplinaire pour prévenir et prendre en charge les maladies cardiovasculaires au Burkina Faso

De plus en plus de voix s’élèvent pour se mobiliser contre les maladies non transmissibles (MNT) et leur principale composante que sont les maladies cardiovasculaires (MCV) en Afrique subsaharienne. A travers cette recherche soutenue financièrement  dans le cadre des projets de coopération de  l’académie de recherche et d’enseignement supérieur, des données probantes seront produites, qui permettront aux décideurs et aux organisations de la société civile d’élaborer des stratégies de prévention (et promotion de la santé) plus adéquate et une meilleure prise en charge des MCV au Burkina Faso avec une attention particulière pour les groupes vulnérables (femmes enceintes, milieu rural). Cela nécessite donc le concours de plusieurs disciplines scientifiques et d’approches pour favoriser l’utilisation des résultats. Pour y parvenir, nous adoptons une approche holistique et multidisciplinaire intégrant 4 dimensions :

  • Dimension 1 : Epidémiologie des MCV

Le projet met en place deux cohortes (hospitalière et populationnelle) pour un suivi de 3 ans. Les données collectées permettront de documenter les questions suivantes : i) quelle est l’ampleur des MCV, ii) quels sont les déterminants des complications des MCV, iii) quels sont les facteurs associés à la survie des patients atteints de MCV, iv) quelle est la qualité de vie des patients atteints de MCV, v) Quels sont les déterminants du contrôle et de la prise en charge des MCV et vi) quels sont les déterminants de l’adhérence aux traitements ?

  • Dimension 2 : La dimension socioculturelle des MCV

Les MCV seront abordées par la socio anthropologie comme une maladie chronique dont la prise en charge bouleverse le modèle de soins basé sur la prise en charge des maladies aigües. La recherche socio anthropologique se concentrera dans un premier temps sur les représentations des MCV, les comportements de soins, les relations entre patients et soignants et, plus particulièrement, les itinéraires thérapeutiques. Il s’agit notamment de mettre en évidence les différentes instances de soins auxquelles les patients ont recours et analyser l’impact de la configuration des itinéraires thérapeutiques sur l’utilisation des soins modernes. Dans un second temps, les pratiques de prévention des MCV seront analysées. Enfin, nous intégrerons une analyse des conditions sociales de la mise en œuvre de l’observance aux médicaments et aux régimes diététiques et hygiéniques par les patients.

  • Dimension 3 : Les aspects socioéconomiques des MCV

Deux approches du coût de la maladie (approche de la prévalence et de l’incidence) seront simultanément mises en œuvre afin de déterminer : i) quel est le poids économique des MCV pour les ménages, ii) quel est le poids économique des MCV pour le système de santé, iii) quels sont les déterminants socioéconomiques des MCV dans le contexte du Burkina Faso.

  • Dimension 4 : Transfert de connaissances

Plusieurs démarches seront également initiées afin de favoriser l’accompagnement des résultats et leur appropriation par les bénéficiaires.
4 thèses de doctorat seront menées en collaboration avec l’Institut de recherche en sciences de la santé (IRSS), l’Université de Ouagadougou, l’ULB et l’UCL.

Trois publications

  • Collart P, Dubourg D, Levêque A, Sierra NB, Coppieters Y. Data on short-term effect of nitrogen dioxide on cardiovascular health in Wallonia, Belgium. Data Brief. 2018;17:172-179.

  • Ouédraogo M, Samadoulougou S, Rouamba T, Hien H, Sawadogo JEM, Tinto H, Alegana VA, Speybroeck N, Kirakoya-Samadoulougou F. Spatial distribution and determinants of asymptomatic malaria risk among children under 5 years in 24 districts in Burkina Faso. Malar J. 2018;17(1):460.

  • Lebacq T, Dujeu M, Méroc E, Moreau N, Pedroni C, Godin I, Castetbon K. Perceived social support from teachers and classmates does not moderate the inverse association between body mass index and health-related quality of life in adolescents. Qual Life Res. 2018. doi : 10.1007/s11136-018-2079-x.

Mis à jour le 15 mai 2019